Actualités

RSS

Signature électronique : impact au contentieux de la certification de la solution mise en oeuvre

Le point commun de ces deux arrêts est de mettre en avant la "certification" de la solution de signature pour accepter - ou refuser - de reconnaître une valeur au document signé électroniquement. Mais la façon dont la "certification" est comprise par les juges invite à une réflexion sur la portée exacte de ce mot magique.

En effet, la création d’une signature électronique à distance est une opération technique « invisible » pour l’utilisateur mais qui fait intervenir plusieurs domaines techniques complexes ( Livre blanc « Signature à distance – Etat des lieux et bonnes pratiques » - 2020 – Edité par le Club PSCO et l’AFAI) :

- Délivrance des certificats ;

- Protection des clés privées de signature ;

- Format et standard de la signature ;

- Création de signature ;

- Audit des prestataires.

 Pour chacun de ces domaines, plusieurs niveaux de garantie sont définis, qui ont une terminologie différente et se mesurent à l’aune de normes et standards différents. Ainsi que le remarquent très justement les auteurs du livre blanc sur la signature à distance édité par le Club PSCO et l’AFAI, cette diversité « génère bien souvent des confusions sur la garantie globale offerte par la signature à distance ».

Ainsi, à titre d’exemple, les signatures dites « simples » sont le plus souvent générées via le cryptage du document à signer par un cachet personne morale ou un cachet d’horodatage, l’ensemble de la solution étant présentée par les fournisseurs comme irréprochable du fait que les cachets en question sont au niveau qualifié eIDAS. Mais à part assurer l’intégrité du document signé, que valent ces procédés en tant que signature électronique d’une personne physique ? Prouvent-ils l’identité du signataire ? Assurent-ils un lien entre le signataire et l’acte ? Oui, peut-être, mais encore faut-il que ce soit démontré, sans s’arrêter à l’apparente légitimité d’une « certification » qui n’a qu’un lointain rapport avec la fiabilité réelle du processus de signature pris dans son ensemble.

Il faut en conclusion se réjouir que les magistrats commencent à accorder de l’importance à la certification des processus de signature électronique qui leur sont soumis, car l’objectif même de la certification est d’apporter de la confiance. Mais encore faut-il rester vigilant sur l’objet de cette certification, qui n’est pas nécessairement un gage de fiabilité du processus de signature électronique mis en œuvre.

 

« Retour



Isabelle Renard

Isabelle Renard est ingénieur de formation. Elle a effectué la première partie de sa carrière dans un grand groupe industriel, dont plusieurs années aux...Lire la suite


Actualités


certification AFNOR

Isabelle Renard est titulaire de la certification AFNOR pour la fonction de DPO


FNTC

Isabelle Renard est membre expert de la FNTC


©Cabinet IRenard Avocats - Tous droits réservés Site web avocat Absolute Communication - Réalisation : Agence answeb

Actualités

RSS

Signature électronique : impact au contentieux de la certification de la solution mise en oeuvre

Le point commun de ces deux arrêts est de mettre en avant la "certification" de la solution de signature pour accepter - ou refuser - de reconnaître une valeur au document signé électroniquement. Mais la façon dont la "certification" est comprise par les juges invite à une réflexion sur la portée exacte de ce mot magique.

En effet, la création d’une signature électronique à distance est une opération technique « invisible » pour l’utilisateur mais qui fait intervenir plusieurs domaines techniques complexes ( Livre blanc « Signature à distance – Etat des lieux et bonnes pratiques » - 2020 – Edité par le Club PSCO et l’AFAI) :

- Délivrance des certificats ;

- Protection des clés privées de signature ;

- Format et standard de la signature ;

- Création de signature ;

- Audit des prestataires.

 Pour chacun de ces domaines, plusieurs niveaux de garantie sont définis, qui ont une terminologie différente et se mesurent à l’aune de normes et standards différents. Ainsi que le remarquent très justement les auteurs du livre blanc sur la signature à distance édité par le Club PSCO et l’AFAI, cette diversité « génère bien souvent des confusions sur la garantie globale offerte par la signature à distance ».

Ainsi, à titre d’exemple, les signatures dites « simples » sont le plus souvent générées via le cryptage du document à signer par un cachet personne morale ou un cachet d’horodatage, l’ensemble de la solution étant présentée par les fournisseurs comme irréprochable du fait que les cachets en question sont au niveau qualifié eIDAS. Mais à part assurer l’intégrité du document signé, que valent ces procédés en tant que signature électronique d’une personne physique ? Prouvent-ils l’identité du signataire ? Assurent-ils un lien entre le signataire et l’acte ? Oui, peut-être, mais encore faut-il que ce soit démontré, sans s’arrêter à l’apparente légitimité d’une « certification » qui n’a qu’un lointain rapport avec la fiabilité réelle du processus de signature pris dans son ensemble.

Il faut en conclusion se réjouir que les magistrats commencent à accorder de l’importance à la certification des processus de signature électronique qui leur sont soumis, car l’objectif même de la certification est d’apporter de la confiance. Mais encore faut-il rester vigilant sur l’objet de cette certification, qui n’est pas nécessairement un gage de fiabilité du processus de signature électronique mis en œuvre.

 

« Retour


Droit des affaires Droit des nouvelles
technologies

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins de statistiques. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales